Coucou ! Suite au recensement effectué, le staff s'organise afin de faire le ménage et offrir une vague de rafraichissement au forum. N'hésitez pas en rp entre temps, nous reprendront les évènements là où nous en étions en continuant avec l'attribution lorsque tout sera au point !



 

Partagez | 
 

 Au son de la forêt (PV)

Aller en bas 
AuteurMessage
Tari

avatar

Féminin
Nombre de messages : 44
Localisation : Dans une marre de sang...
Rôle du Personnage : Chevalier noir
Race : Hybride
Allégence à : Irianeth
Maître : Moi même
Points : 163
Date d'inscription : 21/06/2013

MessageSujet: Au son de la forêt (PV)   Dim 8 Sep - 16:21

Tous les événements des derniers jours avaient obligé la jeune hybride a se mêle à beaucoup de monde, beaucoup trop. Elle qui avait l’habitude de rester à l’écart ou au sein d’un petit groupe de personnes. Tari avait besoin de répit maintenant. Oublié toute la foule qui se presse contre elle pour la féliciter ou simplement touché un des chevaliers de l’ordre de l’empereur. Il n’y avait rien de tel qu’un moment de solitude pour permette de remettre ses idées en place. Cette solitude était assez difficile à avoir sur Irianeth, il y avait toujours quelqu’un qui se baladait et finissait par venir. Le seul endroit que Tari avait trouvé, où on pouvait facilement se cache des regards si on était doué pour monter dans les arbres ou pour créer un animal sauvage qui vous saute dessus, afin d’effrayer.

Tari était très doué pour ces deux choses même s’il lui suffisait de se rendre invisible et n’être vue de personne. Mais, elle préfère largement faire une belle peur bleue à ceux qui venaient dans sa direction. Leurs cris étaient beaucoup plus divertissants que simplement disparaitre et attendre que la personne passe tranquillement. L’hybride avait déjà entendu plusieurs personnes à la forteresse dire qu’elle était hantée, ce qui la faisait rire. Un mystère pour bien des personnes, sauf pour elle… En cette belle journée qui s’annonçait dans la forteresse, Tari décida d’aller faire une petite balade dans la forêt noire. Il ne lui fallut pas beaucoup de temps, pour se prépare et file dans les couloirs pour sortir de la forteresse de l’empereur.

Après de longues minutes de marche, Tari fut arrivée à l’orée de la forteresse. Sans plus attendre, la jeune hybride y pénétra. Après une poignée de secondes, on apercevait plus les bras de la femme chevalier. Pas de trace, ni même de branche cassée pourtant elle était là. Il suffisait de lever les yeux. Avec les vêtements qu’elle avait enfilés avant de partir, elle se fondait dans l’obscurité qu’offraient les arbres et tous les feuillages.  Rapide, Tari se sentait comme chez elle, sautant d’une branche à une autre. Elle se retrouva rapidement dans une petite clairière qui ne pouvait pas accueillir plus de cinq personnes. Un petit lapin fila à toute vitesse quand elle atterrit à l’entrée de la petite plaine que la forêt créait ici et là. La femme chevalier descendu plusieurs branches avant de toucher le sol sans produire aucun son.

L’hybride s’installa à même le sol, appuyer contre le tronc d’un des arbres qui entoure la minuscule clairière. Elle observa silencieusement les alentours avec ses yeux puis avec sa magie. Personne en vue. Les instants d’après, elle ferma les yeux. Alors qu’elle était venue pour réfléchir, ces les bras de Morphée qui l’accueillie. Tari aurait bien aimé comme tous les soirs que sa soit un sommeil sans rêve mais, cela arrive rarement. Comme si son esprit s’amusait à torture chaque parcelle de son corps, elle se mit à rêver de sa jeunesse avant qu’elle soit prise dans l’ordre d’Irianeth. Elle passait des corrections dures, aux divers apprentissages pour accomplir son futur métier. L’hybride se réveilla en sursaut. Son regard se promena dans la petite plaine avant de ce passe la main sur son visage, tout en grommelant :

-Encore un de ces satanés rêves…

Son passé n’allait sans doute jamais la laisse en paix ou que lorsqu’elle rendra son dernier souffle. Pourtant tout cela remonte à bien des années, elle aurait dû oublier ces événements si horrifiants étaient –t-ils, mais non ils préfèrent la hanter. Tari soupira, même aujourd’hui elle devait contrôle certaines envies comme tuer tous les males qui s’approchent trop près d’elle. Seul Sangre avait réussi au bout de nombreuses plaisanterie douteuses mais au fond d’elle, il y avait toujours une méfiance envers les hommes. On est ce que le passée nous a fait devenir, disait un livre qu’elle avait lu lorsqu’elle était adolescente. Pourtant, Tari essai d’ignorer certains moments de son passé pour grandir mais, cela n’était pas gagnée. Il lui restait beaucoup à faire et pour cela, elle devait devenir plus forte.  La forêt se tue, laissant que le silence. La seconde suivante l’hybride se mit sur ses gardes quelqu’un ou quelque chose approchait d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anora

avatar

Féminin
Nombre de messages : 115
Localisation : Coincé sur une ile ou je peux pas tuer....
Rôle du Personnage : causeuse de trouble de l'empire...
Race : humaine-lézarde
Allégence à : Irianeth
Points : 132
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Au son de la forêt (PV)   Lun 9 Sep - 18:08

La forêt avait toujours été un endroit de consolation pour Anora. Si depuis son arrivée sur Irianeth on lui avait formellement interdit de tuer quoique se soit, il semblait par contre que les petites proies de la forêts pouvaient à la limite être acceptable. Elle avait déjà été bannie des pouponnières depuis la fois ou elle s'était mis en tête de se faire une omelette aux pattes de fourmis et on lui proscrivait tout contact avec les dragons... D'un coup qu'une autre brillante idée ne lui passe par la tête.

- Savent juste pas s'amuser sur cette île.

Elle marmonnait à elle-même, dans un souffle, observant les branches avidement, curieusement. Elle était en chasse, attentive, elle avait envie de s'amuser, comme toujours d'ailleurs. Sa main juvénile se refermait sur le manche d'un petit coutelas qu'elle avait dérobée aux cuisines. Évidemment quand quelqu'un se rendrait compte que la petite peste macabre avait encore dérobée quelque chose on lèverait les yeux en l'air à la fois exaspéré mais avec une légère lueur de panique, espérant fortement qu'elle n'avait pas fait quelque chose de véritablement condamnable et certainement qu'on fouillerait sans dessus dessous les endroits où elle aurait bien pu cacher son outil de souffrance.

Elle eut un sourire en pensant à ce scénario qui arrivait si souvent. Autant le coutelas lui était-il utile pour jouer avec les amis de la forêt, autant était-ce amusant de le cacher et de voir les serviteurs de l'empire se débrouiller pour le lui enlever. Qui sait, peut-être un jour irait-elle jusqu'à les emmerder en perforant la coque d'un des navires ? Nah pas très futés, c'est l'un des seuls moyen de transports vers le lieu de tuerie...

Accroupis entre les racines, elle avait repéré un terrier comme les chasseurs le lui avait malheureusement appris. Elle fourra sa main à l'intérieur et la retira rapidement, déçue. Visiblement il était vide... Elle se percha dans l'arme avec une certaine aisance, prenant la lame entre ses dents afin de libérer ses mains.  De là-haut, elle examina les pistes de l'animal afin de pouvoir déduire de où il arriverait. Tout semblait démontré qu'il s'agissait d'un lièvre, c'était d'ailleurs l'un des animaux les plus fréquents dans cette fichu forêt, une chance que la gamine était là pour réguler la population. Elle attendit quelques minutes afin de voir si l'animal revenait tout en continuant d'observer les alentours afin de voir si elle ne trouverait pas quelque chose d'intéressant. Rapidement elle perdit patience et décida plutôt de remonter la piste du lièvre. Elle le trouva alors qu'il était en train de grignoter quelque chose à l'orée d'une petite clairière. Utilisant sa télékinésie, elle fit léviter son couteau de telle sorte qu'il s'immobilisa au dessus de sa cuisse gauche. Et sans aucune bruit de plus, elle le lâcha.

L'animal émis un gémissement de douleur, surpris. Rapidement Anora se précipita sur lui et l'attrapa à la gorge en retirant son couteau. Elle approcha sa bouche de la blessure et y enfonça sa langue, se délectant des mouvements imprécis de l'animal paniqué alors que son sang emplissait la gorge de la futur écuyer d'Irianeth. Alors que l'animal se calmait, n'ayant plus tant de force vitale à dépenser, la petite peste délaissa la plaie pour mordre à belle dent dans l'une des oreilles et l'arracher. Elle la mordilla un court moment, trouvant toujours amusante la façon dont le cartilage réagissait sous ses dents pointues.

Au grand déplaisir d'Anora, l'animal finit par rendre l'âme. Déçue de la vitesse avec laquelle tout s'était produit, elle le projeta dans la clairière d'un bon coup de pied avant d'aller retrouver la petite dépouille en gambadant, chantonnant un air qui lui était propre. Rappelant son couteau à l'aide de sa télékinésie, elle l'utilisa ensuite afin de couper l'oreille restante en de fines languettes. Elle s'apprêtait à extraire les griffes une par une lorsqu'elle sentit un regard dans son dos. Elle émis un grand soupir attristé avant de déclaré avant même de regarder de qui cela pouvait bien pouvoir s'agir :

- C'est qu'un lièvre ! Je sais que vous me laissé pas tuer vos bestioles écailleuses ou insectueuses mais ça c'est de la viande de ragoût pour les servantes, y'auront qu'a s'en passé un soir de plus !  

_________________
déprime po ma chtite sadique, le lion devient proche un jour ou l'autre
11 rose et ses épines
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tari

avatar

Féminin
Nombre de messages : 44
Localisation : Dans une marre de sang...
Rôle du Personnage : Chevalier noir
Race : Hybride
Allégence à : Irianeth
Maître : Moi même
Points : 163
Date d'inscription : 21/06/2013

MessageSujet: Re: Au son de la forêt (PV)   Mer 11 Sep - 16:24

Il ne lui fallut pas très longtemps pour remarque le petit lapin qui surgit à quelques pas d’elle. Tari l’observa sans bouger d’un cil, alors qu’elle ressentait encore l’approche de quelqu’un de beaucoup plus gros et grand que ce lapin. Le couteau confirma son pressentiment. Les secondes suivantes, une jeune adolescente qui devait avoir dans les alentours de douze ans sauta sur le lièvre. Aucune chance pour ce petit être de survivre. La femme chevalier observa la gamine aux mains ensanglantées qui rapidement se mit du sang sur presque la totalité de son visage. Tari continua d’observer silencieusement l’acte de barbarie sur le lièvre sans avoir aucune peur, ni même être choqué. Elle laissa la jeune fille termine ce qu’elle faisait.

La femme chevalier remarqua dans les expressions du corps de celle-ci, la déception. Pourquoi était t-elle déçue ? Il ne fallut pas très longtemps pour l’hybride de trouver pourquoi. Un petit sourire s’installa sur ses lèvres, amusait par la réaction de la gamine. Restant toujours de marbre, elle observa la deuxième oreille être découpée. Malgré ce petit spectacle, Tari trouvait qu’elle était stupide. Après de longues minutes, l’adolescente ne l’avait toujours pas remarqué. Une erreur mortelle pour toute personne tournant le dos à un guerrier et encore plus à un chevalier d’Irianeth. L’hybride s’imagina faire souffrir celle-ci comme elle le faisait avec le lapin, pour lui montre qu’elle était aussi insignifiante que le lièvre après avoir brisé son esprit bien sur mais, elle ne fit rien. C’est à ce moment que la gamine la remarqua, enfin.

Tari son petit sourire toujours sur ses lèvres, elle écouta ses paroles sans rien dire. Elle réfléchit en se disant qu’on lui avait parlé d’une gamine qui faisait peur aux servantes à chaque fois qu’elle avait une lame dans ses mains. Cela pouvait être cette jeune fille ? Qu’avait t-elle entendu à propos de cette enfant terrible. Sanguinaire  ou s’était incontrôlable ? L’hybride trouvait cela intéressant au moins une adolescente avec un fort caractère, cela changeait des gamines aussi docile que les servantes. Enfin elle allait devoir apprendre à se faire oublier si elle faisait trop de bêtise, si elle tenait à sa tête ou à ses membres. Son sourire coincé sur ses lèvres, la femme chevalier lui dit de sa voix douce et mélodieuse :

-Tu fais ce que tu veux gamine mais, il n’y a pas que le sang qui donne le plaisir de la torture…

La femme chevalier fit quelques étirements avant de croiser ses bras sous sa poitrine. Son regard se posa sur les cheveux de l’adolescente qui lui tourner encore le dos. Tari se mirent à se poser de nombreuses questions sur l’adolescente et sur les raisons qui la faisait agir comme cela. La femme chevalier était devenue comme cela en raison de son passé mais elle, pourquoi le sang lui donnait tant de plaisir.  Pour faire comment ses parents ? Ou simplement pour s’occuper en essayant d’attirer l’attention de tout le monde. Il y avait beaucoup de possibilités concernant la jeune fille et cela donna un petit coup de fouet à sa curiosité qui n’était jamais loin.

Cette curiosité qui lui permettait de se retrouve dans les ennuis au grand bonheur de la colère qui la consumait. La colère de se venger de tous les mâles ou presque tous les mâles. Avec beaucoup de temps certain avait réussi à atteindre une certaine amitié mais, au final elle ne pouvait pas s’empêche d’être méfiante.  Tari relança son esprit sur la gamine ensanglanté pour lui mettre un nom. La femme chevalier devait se rappeler des conversations diverses qu’elle avait eues avec les femmes de la forteresse sur les événements. On pouvait tous savoir en parlant avec les femmes, absolument tout. Les informations passaient de qui coucher avec qui, ou des ordres de mission que l’empereur donner au guerrier. Une véritable source est sans aucune limite, au plus grand plaisir de Tari. L’hybride après de longs moments de réflexion, elle su enfin mettre un nom sur la gamine, Anora. Elle reprit alors la parole :

-L’esprit est beaucoup plus résistant que le corps, si tu jouais avec tu aurais plus de temps pour t’amuser avec ta proie. Une vraie marionnette pour toi, après cela. La mort n’est que la fin de tout plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anora

avatar

Féminin
Nombre de messages : 115
Localisation : Coincé sur une ile ou je peux pas tuer....
Rôle du Personnage : causeuse de trouble de l'empire...
Race : humaine-lézarde
Allégence à : Irianeth
Points : 132
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Au son de la forêt (PV)   Ven 13 Sep - 17:09

Des reproches, encore des reproches, toujours des reproches... Quand ce n'était pas parce qu'elle n'était pas sage, c'était parce qu'elle était méchante de la bonne manière. La gamine se retourna, l'air désespéré que son interlocutrice ne puisse comprendre un point pourtant si simple. Son visage lui était vaguement familier, probablement l'une des chevaliers noirs qui pourrait possiblement lui servir de cible. Elle retourna à son lapin et s'appliqua avec beaucoup de minutie à dégriffer les pattes arrières.

- Hé, c'est un lapin !et elle insista très fort sur ce mot, sa couine et sa gigote un peu, mais dès le moment que tu le saisi, il n'a pas la tête assez grosse pour la remplir encore plus de peur; alors reste qu'a le vider de son sang. Ce qui est triste c'est qu'il en aille si peu !

Elle bougonna un peu, s'attaquant aux pattes de devant. Non mais jouer avec l'esprit d'un lapin ! Elle s'imaginait quoi que c'était des êtres supérieurs tant qu'a faire ! Elle resserra sa poigne autour de son coutelas, oh oui, elle avait le goût de la torture, le goût de voir ses yeux apeurés, suppliants, remplis d'une terreur sans nom. Elle adorerait lire dans les yeux de ses victimes les scénarios catastrophes qu'ils pouvaient envisagé et finalement réalisé bien pire qu'ils avaient imaginé. Mais cela lui était interdit. Elle irait bien ailleurs mais le seul ailleurs qui semblait être accueillant était cette promesse qu'un jour on la débarquerait sur une berge avec pour mission de découper des gens en armure verte...

- Et puis la mort n'est pas la fin de tout plaisir, je m'amuse encore avec son cadavre !

Les adultes, et surtout les chevaliers, voyaient leur tête enflé envers les jeunes et s'imaginer qu'ils savaient tout. Alors qu'ils ne savaient pas vraiment de quoi ils parlaient, ils oublient toujours que quand ils étaient jeunes ils étaient plus intelligent. L'âge rends abruti c'est bien connu...

Déjà elle le voyait, depuis qu'elle n'était plus un enfant elle se rendait compte que les choses devenaient plus difficiles, ont la prenaient plus au sérieux, ont lui interdisait presque tout, on la surveillait. Comme si elle devenait plus dangereuse alors qu'en réalité elle comprenait simplement davantage ce monde de taré et se voulait plus violente envers cette illogicité crue. Mais bon personne ne voulait poursuivre cette quête purificatrice, mais oui purificatrice ! Les gens était généralement moins contraignant mort ou torturé que vivant...

_________________
déprime po ma chtite sadique, le lion devient proche un jour ou l'autre
11 rose et ses épines
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tari

avatar

Féminin
Nombre de messages : 44
Localisation : Dans une marre de sang...
Rôle du Personnage : Chevalier noir
Race : Hybride
Allégence à : Irianeth
Maître : Moi même
Points : 163
Date d'inscription : 21/06/2013

MessageSujet: Re: Au son de la forêt (PV)   Lun 16 Sep - 17:09

Tari observa la gamine lorsqu’elle posa son regard sur elle. Un vrai livre ouvert était ses yeux. L’hybride continua de la regard, quand elle s’occupa à enlever les griffes du petit lièvre, une après l’autre. La femme chevalier écouta ses paroles, elle était d’accord sur le fait qu’un lapin était peu amusant pour s’amuser à lui faire peur mais, Tari n’avait pas en tête le petit lapin quand elle avait parlé de torture l’esprit. Un homme était beaucoup plus amusant pour cela et surtout cela faisait une marionnette à utiliser si besoin. Voir un homme ou une femme écarquillait les yeux de peur avant de lui briser l’esprit cela n’avait pas de prix. Elle n’échangerait pas ce petit privilégié pour rien au monde. L’hybride faillit rigoler quand elle dit ses derniers mots.

-Un petit corps n’a peu de sang en même temps, par contre plus c’est gros plus il y en a… Plus il y en a, plus sa gicle partout !

Elle se rappela la fois ou elle réussit à tuer ce gros bonhomme de son enfance, son sang avait giclé partout la recouvrant en même temps. La fierté qui l’avait inondé après son premier meurtre et aussi tout le courage qu’elle avait du rassembler pour arriver jusqu’au bout de son geste. Puis elle avait commencé à faire sa douce vengeance auprès des hommes qui l’avaient touché, s’était si plaisant. Mais, cela n’avait pas suffi ils mouraient trop rapidement. La torture avait été la solution…Tari repoussèrent alors ses pensées dans un coin de sa tête et reposa son regard sur Anora quand elle reprit la parole. Toujours aussi calme et fixe qu’une statue, la femme chevalier reprit la parole :

-Un cadavre s’est ennuyant, sa bouge pas… Pourquoi tu ne t’attaque pas aux humains de la forteresse, cela serait beaucoup plus intéressant. Leurs réactions, leurs émotions face à la peur de mourir sont beaucoup plus passionnant je trouve. Enfin, a ce que je vois les petits lapins inoffensifs sont à ton gout !

Aussi souplement qu’un chat, Tari se releva d’où elle s’était installée un peu plus tôt dans la journée. Elle s’étira ses muscles ankylosés de n’avoir pas bougé pendant de longs instants. Les secondes suivantes elle grimpa sur la branche la plus basse de l’arbre qui lui avait servi de hamac un peu plutôt dans la journée. Elle sonda les alentours pour voir si personne d’autre ne s’étaient rapproché d’elle pendant les instants ou elle s’était abandonnée au sommeil. Personne en vue, ce qui rassura Tari. Elle regarda de nouveau la jeune fille ou lui demanda :

-C’est toi la gamine qui effraie tous les serviteurs de la forteresse ? Si c’est toi pourquoi tu n’essaie pas de t’attaquer à des personnes capables de se défende ? Tu préfères t’amuser avec les faibles ou les malades ?

Les jambes se balançaient dans le vide au gré du vent qui les parvenait jusqu’à la petite clairière. Son regard se posa une nouvelle fois sur la jeune fille n’ayant rien de mieux à regard que celle-ci.  Elle bailla se disant que le petit somme qu’elle avait fait ne l’avait pas vraiment reposé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anora

avatar

Féminin
Nombre de messages : 115
Localisation : Coincé sur une ile ou je peux pas tuer....
Rôle du Personnage : causeuse de trouble de l'empire...
Race : humaine-lézarde
Allégence à : Irianeth
Points : 132
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Au son de la forêt (PV)   Mar 1 Oct - 0:38

Le ventre d'Ano se serra d'envie, oui biensur qu'elle aimerait s'attaquer à des grosses bêbettes et tant qu'a faire se baigner dans un océan de leur sang aussi si c'était possible... En fait c'était possible, très réalisable même, mais ce n'était pas permis. Voilà les permissions on s'était fait une joie de les lui ravire. Elle était probablement la seule gamine à qui on interdisait pratiquement toute liberté de violence, simplement parce qu'elle s'emportait dans une euphorie hilarante, qu'elle dansait un tango endiablé que nommes certaines colonies du nord le nirvana. Alors qu'elle frôlait l'extase volant vie et espoir, se délectant des airs apeurés, on tentait de la ramener sur terre, de l'enchaîner, et de contrôler cette soif, de laisser s'assécher ce pauvre gosier qui ne demandait que du sang...

- Les petits lapins inoffensif sont loin d'être satisfaisant, mais il semblerait que c'est bien la seule chose sur laquelle l'empire ne m'embête pas... Ou du moins ne m'embêtait pas jusqu'à aujourd'hui...


Elle semblait débarquer en touriste venu convertir tout le monde a sa croyance la vieille, comme si elle savait tout, alors qu'en réalité elle se basait sur des rumeurs. Elle savait qu'Anora faisait peur aux servantes, mais elle ignorait tout de la lourde interdiction qui planait sur ses mains si désireuse de tenir véritablement une lame et d'avoir la liberté de s'en servir. Quant a s'amuser avec les faibles et la malades, même ça elle ne pouvait pas. Quelque part quelqu'un craignait que si elle tuait quoi que se soit de trop normal elle n'en revienne à ses séries d'amusement. Comme si c'était mal !

- Tu ne sais donc rien ?

Elle eut un petit rire, se concentrant sur son rongeur, elle lui planta la lame dans l'estomac et s'amusa ensuite à faire tourner la lapin sur la lame, comme un cerceau autour d'un corps...

- La seule raison pourquoi on me laisse encore sur l'île c'est que je suis une élève douée et prochainement écuyère, sinon on se serait débarrasser de moi assez rapidement, je suis plus une source d'ennui contre chose selon eux...

Le flanc du lapin se lacéra... Tristement le petit jeu allait devoir s'arrêter semble-t-il... Mais elle s'attarda plutôt à éplucher la tête de la bête, désireuse d'en récupérer le crâne. Elle fit bien attentions aux yeux... Elle aimait bien les voir dans les petites cavités alors qu'il ne restait plus rien d'autres...

- Et les ennuis quand ils ne peuvent pas s'en débarrasser ils leur impose des règles, les bourres d'interdictions les surveilles et ne les lâches pas d'une semelles tant et aussi longtemps qu'ils ne font pas les enfants sages...

_________________
déprime po ma chtite sadique, le lion devient proche un jour ou l'autre
11 rose et ses épines
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tari

avatar

Féminin
Nombre de messages : 44
Localisation : Dans une marre de sang...
Rôle du Personnage : Chevalier noir
Race : Hybride
Allégence à : Irianeth
Maître : Moi même
Points : 163
Date d'inscription : 21/06/2013

MessageSujet: Re: Au son de la forêt (PV)   Dim 27 Oct - 11:19

Tari ne dit absolument rien préférant écoutant la jeune fille, la trouvant amusante à souhait. Au moins, la petite allait lui changer du quotidien de la forteresse noir pendant quelques minutes. Un sourire s’affichât sur son visage quand Anora lui demanda si elle ne savait rien. Les rumeurs qui circulaient sur tout le continent d’Irianeth n’étaient pas ses centres d’intérêts. Certaines d’entre elle, était même sur elle et son passé en tant que fille de joie enfin celle-ci circulait surtout parmi les gardes et les femmes jalouses. Tari ignorait les murmures derrière elle ou même les sous-entendus, cela l’ennuyait plus qu’autre chose.

-Les rumeurs sont vrais et fausses à la fois, jeune fille et j’en ai complètement rien à faire de cela. Les rumeurs sont faites pour faire parler ceux qui n’ont rien à faire de leur petite vie. Je me fiche de ce qu’on peut raconter sur toi ou n’importe qui, que tu sois une gamine avide de sang ou une peureuse est ce que cela te défini qui tu es ?

La jeune femme se mit à baille sans cesse de l’observer les réactions de la jeune fille. Une élève douée ? Hum s’était les personnes qu’on s’attendait le moins qui surprenait le plus, enfin elle trouvait. Tari avait presque hâte de voir comme le futur maître de la gamine ferait pour contrôle ses envies sanglantes. Cela serait amusant et la femme chevalier se promit de suivre cela de près, autant pour rigoler de son ami qui allait devoir la supporter et lui apprendre les bonnes manières. Tout un programme a réalisé en quelques années. Bref, la jeune femme reprit la parole son petit sourire toujours affichait sur ses lèvres.

-Tu es trop prévisible, pour ça qu’ils t’ont mis des règles… Apprendre à calme tes ardeurs et tes envies, si tu veux avoir quelques libertés pour les assouvir. Enfin vu ton caractère ça sera pas demain que tu vas réussi à te maîtrise.

Tari rigola doucement et se mit à imaginer la gamine, calme et docile devant les adultes mais, cela ne faisait pas partir de la personne qui se trouvait devant. Puis elle se demanda si la jeune fille avait déjà goûter son propre sang ou si elle préférait les autres. Si ses envies étaient toutes sanglantes, il y avait dû avoir des fois, ou elle n’avait pas dû se contrôle. Pour voir comment elle allait réagir a de grosses quantités de sang, la femme chevalier voulut lui jouer un petit tour. Etant douée avec les illusions, en un clin d’œil elle créa une marre de sang autour de la gamine. D’un rouge sang, liquide et poisseux mai il n’y avait pas seulement la vision dans ces illusions mais aussi les autres sens et l’odeur typique du sang se mit à se sentir dans toute la clairière. Demandant une certaine concentration à Tari.

-Le sang, le liquide de la vie…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anora

avatar

Féminin
Nombre de messages : 115
Localisation : Coincé sur une ile ou je peux pas tuer....
Rôle du Personnage : causeuse de trouble de l'empire...
Race : humaine-lézarde
Allégence à : Irianeth
Points : 132
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Au son de la forêt (PV)   Mar 12 Nov - 0:05

Mais pourquoi les adultes avaient-ils se besoin insignifiant de dire de longue phrase pour apporter des questions qui ne menait nulle part. Mais qu'est-ce qu'elle s'en fichait de la gamine de ce qui pouvait bien la définir, elle était qui elle était et si cela ne plaisait pas à la chevalière noire et bien tant pis pour elle ! Anora s'amusait bien avec son restant de lapin, gentiment silencieux contrairement à l'autre, et n'avait aucunement besoin de philosopher sur de quelconques sujets d'adultes ou de perceptions de soit.

- Les gens ne prennent pas la peine de me connaître et cela ne me gêne pas.

Pour toute réponse, Tari bailla. Continuant de l'observer comme s'il y avait quelque chose à décoder dans l'être étrange qu'Anora incarnait.

La chevalier lui raconta d'abord comment elle était prévisible, comment elle devait apprendre à se maîtriser et comment au finale cela lui apporterait peut-être quelque chose. N'avait-elle pas entendu ce refrain cent fois déjà ?

Blablabla reproche, blablabla fait-ci, blablabla fait-ça, blablabla reproche. Mais tout de même habillement déguiser sous un petit air de conseil de chevalier à future écuyer. Tant qu'a y faire Anora prendrait bien le thé avec sa nouvelle meilleure amie pendant qu'elles se feraient des tresses !

- Bah oui je suis prévisible, je tue des choses donc forcément elles meurent, c'est tout simplement logique !

En très peu de temps un énorme marre de sang se répandit autour d'elle. Enfant elle aurait surement sauter de joie et commencer à se rouler à l'intérieur en en buvant l'intégralité, mais elle trouvait illogique que tout ce sang se répande autour d'elle, surtout en aussi grande quantité. Ce ne pouvait pas être le lapin, jamais autant de sang ne pouvait s'écouler d'un si petit être. On lui avait déjà parlé que les femmes perdaient du sang en grandissant, mais probablement pas non plus en aussi grande quantité sinon elle se trouveraient énormément affaiblis, voir en mourrait. Elle commença par tremper ses doigts dans l'onctueux liquide, lui faisant faire de légers remous. Tout semblait normal, tout semblait exacte. Elle porta ensuite ses doigts à ses lèvres, puis y déposa le bout de sa langue, le goût y était également. La jeune adolescente fronça ses sourcils. Tout indiquait qu'il s'agissait de sang. Elle se tourna ensuite vers la chevalier.

- Possède-tu le don de faire apparaître le sang ?

_________________
déprime po ma chtite sadique, le lion devient proche un jour ou l'autre
11 rose et ses épines
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tari

avatar

Féminin
Nombre de messages : 44
Localisation : Dans une marre de sang...
Rôle du Personnage : Chevalier noir
Race : Hybride
Allégence à : Irianeth
Maître : Moi même
Points : 163
Date d'inscription : 21/06/2013

MessageSujet: Re: Au son de la forêt (PV)   Lun 23 Déc - 18:12

Tari était assez fière de son illusion qui était vraiment très réaliste, elle aurait presque pu se trouvait vraiment dans une marre de sang. Il manquait par contre des corps encore chaud pour que cela soit parfait. Cela pouvait être parfait pour tant un jolie piège mais, elle allait devoir travailler si elle voulait que sa rester un long moment et que chaque morceau de son illusion soit réaliste. Par contre la gamine commençait à lasse Tari, ennuyante et sans intérêt finalement. La jeune hybride bailla sans se retenir et dit à la jeune fille :

-Peut être que oui, peut être que non. Toute façon je ne vois pas en quoi cela t’intéresse vu que ca sort de ta vie tranquille…


La femme chevalier fit quelques pas en direction du bord de la clairière, elle allait s’endormir si elle rester avec cette gamine. Elle qui s’était imaginé que Anora sortait de l’ordinaire, hum elle était pire que les autres au final. Un lapin mort, une petite torture sur le corps sans vie de sa proie et hop retour au château. Un petit quotidien pire que le sien, c’était bien connue il y a toujours pire que soit. Tari étira ses muscles qui commençait à s’ankylose à force de rester immobile et bailla une nouvelle fois, elle était plus fatigué qu’elle l’aurait cru. La femme chevalier reprit la parole en donnant un coup d’œil derrière elle, tout en restant concentre sur la flaque de sang.

-Je te pensais différente des autres mais finalement, tu es comme ceux du château ennuyante à mourir, te laissant entrainait par ton petit train train sans aucun intérêt. Minable… Choisi toi des rêves suffisamment grand pour pas les perdre de vue avec le temps, sinon tu ne seras pas mieux que ceux que tu méprise aujourd’hui.

Elle était encore jeune peut être qu’elle pourra changer avant que cela soit trop tard. Elle avait du potentiel mais cela pouvait repartir au si vite qu’il arrivait. Tari observa alors la forêt noire qui s’étendait tout autour d’elle comme à la recherche du chemin qu’elle avait emprunte pour venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anora

avatar

Féminin
Nombre de messages : 115
Localisation : Coincé sur une ile ou je peux pas tuer....
Rôle du Personnage : causeuse de trouble de l'empire...
Race : humaine-lézarde
Allégence à : Irianeth
Points : 132
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Au son de la forêt (PV)   Ven 17 Jan - 17:02

Foutue adulte. Encore une autre qui se pense plus supérieurs aux gamins juste parce que sa vous dépasse de deux têtes et que sa trouve une épée à sa taille. Pourquoi est-ce qu'Anora avait besoin de se justifier sur son intérêt pour le sang ? Pourquoi sa l'intéressait ce pouvoir ? De la même façon que lorsqu'on aime un bon ragout on veut savoir de quelle viande il s'agit. L'idée de lui jeter le coutelas à la figure lui passa par l'esprit, mais elle n'avait pas envie d'en subir les conséquences.

- Tu m'énerves avec ta voix lasse tu sais ? J'en ai marre de tes belles phrases qui veulent rien dire. Laisse moi jouer comme je l'entends et va discuter de politique et de ton entre-jambe avec les autres de ton espèce. Si t'as pas d'intérêt à me donner j'en ai pas plus. Ton odeur de femme fière d'elle-même pollue l'air alors va-t'en !

... Anora ne pose pas souvent de question, mais lorsqu'elle en posait elle n'aimait généralement pas qu'on joue les institutrices chiantes avec elle, à parle de morales et des grandes raisons de la vie. Qui était-elle pour juger de quoi elle pouvait s'intéresser ou non. Et la vie tranquille d'Anora l'était en effet malheureusement trop. Et pendant ce temps l'autre là, elle se promenait, regardait les feuilles cherchait des sentiers et baillait. Une arrogance particulièrement ennuyante.

Oh... vient-elle vraiment de faire celà ? Vient-elle vraiment de parler de rêves? À part la régresser sur des propos plus ou moins stable d'une bonne femme de morale à deux sous - on est sur Irianeth tout de même, c'est presque déplacé d'avoir de la morale !- la chevalier ne faisait pas grand chose de sa peau, la trouvant ennuyante. En réalité elle semblait trouver tout ennuyant. C'est simplement qu'elle ne savait pas s'amuser alors ! La flaque de sang était toujours là. C'était un beau paysage, mais Anora se doutait bien que cela disparaîtrait aussi rapidement que c'était apparut.

- Roh tu peux bien te plaindre tu fais que ça ! Et si je t'ennui à mourir c'est peut-être une bonne chose, je tiens pas particulièrement à te voir vivante. Les rêves c'est pour les idiotes comme toi qui peuvent pas se contenter de ce qu'elles ont au jour le jour et qui espère que dans l'avenir elles auront mieux. Tu veux savoir ? Si tu veux quelque chose va le chercher, arrête d'en rêver!

Elle reporta son attention sur le rongeur, lui enlevant les tripes et s'amusant à les enroulés autour de ses doigts.

_________________
déprime po ma chtite sadique, le lion devient proche un jour ou l'autre
11 rose et ses épines
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tari

avatar

Féminin
Nombre de messages : 44
Localisation : Dans une marre de sang...
Rôle du Personnage : Chevalier noir
Race : Hybride
Allégence à : Irianeth
Maître : Moi même
Points : 163
Date d'inscription : 21/06/2013

MessageSujet: Re: Au son de la forêt (PV)   Sam 18 Jan - 18:11

L’esprit de Tari recherchait encore le chemin par lequel elle était arrivé et une fois trouvait le nota dans un coin de sa tête. La femme chevalier allait repartir quand elle sentit de la colère dans les paroles de la jeune Anora, enfin elle réagissait. Un petit sourire se nicha sur les lèvres de Tari avant de disparaitre aussi vite qu’il était apparu. Elle tenait beaucoup du comportement de ceux d’Irianeth, colérique mais si il fallait la cherche pour la faire sortir de ses gonds. Finalement, elle finit par répondre à la question de la jeune fille qu’elle avait posée les instants d’après de sa voix neutre :

-Les illusions est l’un de mes pouvoirs, je peux crée tout et n’importe quoi comme si s’était véritable mais, cela n’est réelle que si l’on y croit…

Tari savait que les esprits était difficiles à berner, il fallait leur attention à tous les détailles pour s’assurer que la personne d’en face y croit dure comme fer. Beaucoup d’entrainement et cela permettait d’ouvrir bien des portes. La femme chevalier se concentra sur les paroles de la jeune fille, politique ? Elle failli rire, cela l’ennuyait énormément mais, elle devait suivre savoir qui allait mourir ou connaitre les ennemis des autres pouvait être un avantage de force en cas de conflit. Mais c’est la surprise qui marque la visage de Tari, son entre-jambe ?   Un rire chaleureux est réellement amusé sorti de la gorge de Tari :

- Tu ne sais vraiment pas qui je suis…

La femme aux cheveux d’or se retourna et posa un regard amusé sur Anora, alors que certain de ses démons essayaient d’en profiter pour remonter à la surface, elle les renvoya au plus profond de son âme comme s’ils n’étaient rien. D’une voix amusée, elle reprit la parole :

-La chevalier putain voila comment certain me surnomme, pourtant j’ai plus tendance à découpe le sexe des hommes qui m’approches de trop près… Je viens des filles de joie du château alors oui j’ai droit d’être fière de toute les vengeances que j’ai fait sur ce qui m’ont touche et de la réputation que j’ai aujourd’hui.

Tari se tut et écouta une nouvelle fois ce que disait la gamine si innocente au final. Ses yeux pétillaient d’amusement avec que son visage reprenait une neutralité à toutes épreuves :

-Tu dis des choses que tu ne t’applique même pas sur toi petite, cela fait des années que je travaille à avoir ce que je désir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au son de la forêt (PV)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au son de la forêt (PV)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Bande] Gobelins des forêts
» [HRP] Description de la forêt
» Une petite leçon dans la forêt
» La forêt morvandelle
» [Gobelins des forêts] Les "Bones Basha"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Empire Noir. :: Irianeth. :: Forêt Noire.-
Sauter vers: