Coucou ! Suite au recensement effectué, le staff s'organise afin de faire le ménage et offrir une vague de rafraichissement au forum. N'hésitez pas en rp entre temps, nous reprendront les évènements là où nous en étions en continuant avec l'attribution lorsque tout sera au point !



 

Partagez | 
 

 Deux Pardusses au petit matin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Deux Pardusses au petit matin   Mar 4 Juin - 10:26

Le soleil se levait à peine sur l’horizon alors qu’une fillette déambulait déjà dans le château d’Emeraude. La jeune Pardusse n’avait jamais été une grosse dormeuse et bien souvent elle se levait avant même le lever du jour, comme aujourd’hui. Pieds nus sur la pierre froide, elle avançait dans les couloirs encore déserts. Ses cheveux de neige entouraient son visage dans une crinière légèrement hirsute alors qu’elle engageait son visage dans un autre couloir vide. Décidément, il n’y avait pas grand monde de matinal ce jour là. Les oreilles de la jeune fille remuèrent légèrement tout comme le fit sa queue dans son dos. La jeune fille pivota à nouveau en entra dans une pièce, le but de sa balade : La cuisine. Comme relié à son esprit, son estomac sembla attendre ce signal pour émettre une violente protestation qui la fit légèrement rougir et qui attira l’attention de servante les plus matinal, orientant leur regards vers elle qui leur adressa un sourire timide.

Puis, sans un mot, elle se dirigea vers une corbeille de fruits et s’empara d’une pomme avant de filer se glisser dans un coin où elle ne dérangerait personne. Mordant à pleine dents dans le fruit, la fillette laissa son esprit vagabonder à des pensées quelconques. Qu’allait elle faire après ? Un tour à la bibliothèque sûrement… A moins qu’elle tente enfin un passage aux écurie pour commencer à se familiarisé avec les chevaux… Un frisson lui parcouru le dos et, inconsciemment, elle serra un peu plus le livre où elle dessinait contre elle. Finalement, elle se hissa sur une surface non utilisée, où elle ne gênerait pas et sortit son fusain avant de commencer à reproduire l’activité matinale des cuisines. Au fil des années, elle avait probablement dessiné presque toutes les scènes de la vie quotidienne au château d’Emeraude. Dans son dos, sa queue féline ondulait légèrement au rythme de ses pensées hasardeuses.

[Désolée par hyper inspirée pour un début]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux Pardusses au petit matin   Mar 4 Juin - 20:52

Tami avait fait un drôle de rêve cette nuit-là, allez savoir pourquoi ses rêves semblaient vouloir la détrôner du chemin qu'elle c'était elle-même tracé. Pour elle les hommes étaient une menace, mais pourtant en rêve elle voyait tout autre choses. Fermant les yeux et soupirant profondément la jeune fille observa autour d'elle, il faisait encore sombre et sa réalité revins, ce monde dont elle avait rêvé n'existait pas, les hommes étaient mauvais et le seraient toujours!

- Ce n'était qu'un rêve...

Murmura-t-elle à voix basse en posant une main délicate sur Mademoiselle Cat qui c'était éveillé par les mouvement de sa jeune maîtresse. La petite chatte de Tamiska miaula alors comme en réponse à la jeune fille. La future écuyère sourit, se tirant de sous les couverture elle posa ses pieds nues sur ce sol qui lui parue alors si froid. La petite chatte de son côté sauta tout bonnement en bas du lit, prête à suivre sa jeune maitresse. La pardusse-renard, aimait se lever avant la plus grande partie de la population, car à cette heure, seule quelques servante et peu nombreux d'enfants était debout! Les hommes se faisaient très rare...

Ainsi donc, la petite rouquine sortie de sa chambre, puis observant tranquillement à gauche puis à droite, elle remarqua avec un certain ravissement qu'aucun homme n'était présent en ces lieux. Un grand sourire éclaira alors son visage et l'adolescente se mise à gambader dans le couloir suivit de Mademoiselle Cat qui savait très bien où elle se dirigeait!

♪ ♪ ♪ Manger, manger, c'est si bon de manger, manger manger ♪ ♪ ♪

La petite rigola un peu tout en chantonnant encore un peu à voix basse, elle tourna alors pour finalement entrer en cuisine. Mademoiselle Cat la suivait toujours de près quand finalement le sourire de Tamiska s'étira tout grand sur ses lèvres et que sa petite chansonnette s'intérompie. Son regard observa un court instant les gens présents, tous des dames, que de bonheur! Ses oreilles qui s'étaient abaissé l'espace d'un instant, se redressèrent aussitôt dessus sa tête, elle savait toute fois qu'à cette heure-là on ne servait jamais son plat favori, du poisson, elle se contenterais alors de fruits, ça lui suffirait pour l'instant! C'est Mademoiselle Cat qui serait la plus déçu!

Ainsi donc Tami se saisit d'une orange, une pomme et une banane! Elle s'assied à la table y déposant tous ces fruits puis Mademoiselle Cat monta directement sur la table pour s'y assoir, pendant que Tami épluchait son orange à l'aide de ses griffes. La jeune pardusse était en train de tout placer ses quartiers d'oranges dessus la table, puis elle commença à défaire la banane de sa peau quand la chatte s'empara d'un quartier d'orange...

-Mademoiselle Cat! J'avais pas fini!

La jeune fille avait rabattu ses oreilles contre son crâne et observait la chatte d'un air qui se voulait autoritaire. L'animal l'observa un instant sans bouger, puis s'en fut en courant avec le morceau d'orange qu'elle ne mangerais probablement pas! Tami soupira et la laissant aller continua ce qu'elle faisait en grognant légèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux Pardusses au petit matin   Mer 5 Juin - 16:56

Esper avançait vite quand à l’esquisse qu’elle effectuait quand à l’activité habituelle de la cuisine au matin, bien sur, elle pourrait la perfectionner, mais ça, elle avait encore pas mal de temps pour le faire devant elle… plus tard. Quand la petite Pardusse reposa son fusain, elle s’aperçut qu’elle n’était plus seule avec les servantes, il y avait aussi Tamiska. Si la blanche n’avait pas beaucoup d’amis parmi les enfants de son âge, cette fillette là était différente, un peu comme elle. Même plus qu’un peu puisque Tamiska était elle aussi une Pardusse. En silence, l’enfant referma son livre de dessin, elle effectuerait les dernier détail un eu plus tard. En attendant, elle regarda la fille renarde et son chat en pensant à Myrdhin, un chiot dont elle s’était mise en tête de s’occuper quelques jours plus tôt. L’animal avait filé ce matin là, laissant la jeune fille se rendre seule aux cuisines.

Un sourire amusé se posa sur les lèvres de notre jeune fille alors que le félin de sa camarade lui subtilisait un quartier d’orange avant de…filer avec son butin. Malgré elle, notre jeune femme ne pus qu’éclater de rire. Pas très gentil puisqu’elle voyait bien que Tamiska rageait un peu quand au comportement de sa compagne à quatre pattes. Finalement, Esper se leva, se débarrassa de son trognon de pomme pour ensuite s’emparer d’une seconde pomme. Si ça ne tenait qu’à elle, elle passerait son temps à grignoter des pommes, elle adorait ça. C’est donc sa pomme en main qu’elle se dirigea vers l’autres fille munie d’attribues animaux et elle lu adressa un léger sourire.


« Salut… »

Et maintenant ? Décidément, notre jeune fille aux oreilles blanches avait du mal quand il s’agissait des relations sociales. Dans son dos, sa queue féline commença à s’agité, signe de la nervosité de l’enfant. La petite orpheline aux yeux pales s’installa près de la jeune femme avant de croquer à belle dent dans la nouvelle pomme qu’elle avait récupérée. Que pouvait elle dire maintenant ? Décidément, Esper avait encore beaucoup à apprendre. Baissant ses yeux pales, elle regarda la table devant elle sans trop savoir quoi faire. La main qui ne tenait pas la pomme commença à jouer avec les cheveux de la jeune femme, faisant tourner une mèche de ses cheveux autour d’un de ses doigts.

« Tu te lève toujours tôt toi aussi ? »

Finit elle par demander, après tout, c’était un moyen comme un autre d’installer un semblant de conversation entre eux. Il fallait quand même que notre jeune Pardusse féline se lie un peu plus avec ses camarades, sinon, ça risquait de poser problème à l’avenir. Finalement, la fille à la chevelure de neige leva les yeux vers Tamiska en lui adressant l’ombre d’un sourire timide. Pour le moment, la jeune fille ne savait pas quoi dire de plus alors il ne restait plus qu’à attendre la réaction de l’autre fille et le possible début de conversation qui pourrait s’établir entre les deux Pardusses d’Emeraude.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux Pardusses au petit matin   Mer 5 Juin - 18:18

La jeune fille était fâcher du comportement de sa petite chatte, déjà ça faisait un an qu'elle l'avait et elle faisait toujours la même chose! Comment la dompté? Aucune idée! Et puis en plus quelqu'un était en train de rire d'elle ... Tamiska rougit alors jusqu'au racine de ses cheveux roux, sans osé se retourner. Puis une pardusse de son âge vint s'assoir près d'elle, la petite renarde se força alors à relever un peu ses oreilles, puis tourna son regard vert dans sa direction quand cette dernière la salua.

-Salut...

Et non Tamiska n'était pas vraiment plus communicative, quoi que d'ordinaire quand pas d'homme dans l'entourage, elle parle beaucoup plus! L'adolescente posa sa banane sans peau sur la table et la peau à côté parmi les pelures d'orange, puis elle prise un quartier d'orange et l'enfouit dans sa bouche. Le temps de l'avaler, l'autre jeune fille lui posa une question, histoire de briser le silence sans doute?

- Non... pas toujours, mais moi je préfère me lever tôt... Parce que tôt les messieurs il y en a pas, que quelques servantes et des petits...

La future écuyère ressentait la nervosité d'Esper, mais elle n'arrivait pas à s'expliquer pourquoi elle était nerveuse! Tamiska observa autour d'elle, il n'y avait personne d'autre qu'eux et quelques servantes qui passait et venait s'attardant déjà à leurs tâches matinales. Du coup la nervosité d'Esper rendit Tami légèrement nerveuse elle aussi et sans vraiment le vouloir elle se mise à l'imiter sa queue se mise à se balancer dans son dos de gauche à droite, dévoilant sa nouvelle anxiété.

-Ça va? Est-ce que tu as hâte de savoir avec qui tu sera pendant les prochaines années toi aussi?

Tami pencha la tête sur la gauche attendant une réponse ou deux à ses questions, puis se redressant elle mangea un autre quartier d'orange, laissant sa banane brunir sur la table et se gardant sa pomme pour la fin...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux Pardusses au petit matin   Jeu 6 Juin - 11:28

La fillette à la chevelure pâle tentait ainsi d’établir un sujet de conversation et ce n’était pas là la chose la plus facile pour elle. Elle était tout de même venue s’installée près de l’autre Pardusse d’Emeraude qui la salua à son tour. La conversation s’établie ainsi plus ou moins alors que les deux enfant mangeait encore tranquillement leurs fruits. Comme toujours au fil d’une conversation, Tamiska répondit à la question d’Esper en lui disant que ce n’était pas toujours le cas mais que c’était préférable car il n’y avait pas de messieurs quand on se levait tôt. Un sourcil de la fille chat se fronça, elle en avait déjà croisé certains matin pourtant… Enfin, elle n’en dirait rien pour ne pas effrayer la rousse qui, contre toute logique – du moins pour la jeune fille -, semblait craindre les garçons comme la peste. Une oreille de la féline se dressa tout de même, signe qu’elle était intriguée. Par quoi ? Simplement par la raison qui poussait sa camarade à avoir cette crainte.

Pourtant, dans le dos de la fillette, sa queue continuait à se mouvoir lentement sous la nervosité. Nervosité qu’Esper ne remarqua même pas contaminé Tamiska qui continuait son repas frugal. Mordant encore une fois à belles dents dans sa pomme, la Pardusse aux cheveux de neige perçut la question de l’autre jeune fille qui lui demandait comment ça allait avant d’enchaîner sur leurs prochaines attributions. Les oreilles de l’enfant se plaquèrent sur son crâne : Elle ne connaissait rien des Chevaliers actuels quand à ceux qui allait le devenir, il n’y avait qu’Aragëa qu’elle pouvait vraiment se targuer de connaître. Aussi, l’enfant avait peur de tomber sur un Maître qui sera trop dur, presque autant qu’elle avait peut de ne pas être à la hauteur de ce qu’on pourrait attendre d’elle car si elle échouait, elle n’avait plus nulle part où aller maintenant.

Sans qu’elle puisse s’en empêcher, elle sentit les larmes lui monter aux yeux mais fit de son mieux pour les ravaler. Baissant un peu plus la tête et posant ses yeux sur le fruit qu’elle dévorait comme si elle lui trouvait soudain un intérêt croissant, elle attendit de s’être reprise avant d’enfin répondre à Tamiska.


« Je… J’ai pas vraiment hâte… En fait j’ai un peu peur de ce qui se passera une fois que je saurais qui je serait sensé suivre… »

Les poils des oreilles et de la queue d’Esper avaient doublé de volume sous l’effet de la peur provoquée par son appréhension quand au futur. Le regard de la fillette glissa de sa pomme à la table avant de laisser échapper un léger soupire et d’inspirer profondément pour finalement se reprendre autant qu’elle était capable de le faire. Une fois sûre d’avoir recouvrer son calme, la petite Pardusse releva son regard pale sur sa camarade et lui adressa l’ombre d’un sourire sans vraiment réaliser que, pour une fois, ce sourire sonnait un peu faux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux Pardusses au petit matin   Jeu 6 Juin - 17:39

La gamine mangeait toujours ses fruits quand elle avait posé sa question, puis elle sentie une peur de plus en plus grande envahir son être. C'était un peu, comme si d'un seul coup une dizaine d'hommes venaient d'entrer dans la pièce! De plus en plus anxieuse, la fillette tourna la tête à gauche, puis à droite, mais rien! Son poil c'était hérissé sans qu'elle n'arrive à ce contrôler, car si la jeune fille avait de la difficulté à contrôler ses sentiments, c'était encore pire quand il s'agissait de ceux des autres et souvent elle les ressentait plus qu'eux vue qu'elle était incapable les refouler... De plus elle avait encore plus de mal à savoir d'où venait les sentiments violents : qui était plus fort : que les autres, car son être s'en voyait plus affligé. C'était un peu comme si on jouait avec son instinct...

La jeune fille face à elle lui répondit puis tranquillement les choses semblèrent se remettre en place. Son don d'empathie était la deuxième pire chose que Tamiska est eu en ce bas monde, la première étant son père...

Quand l'atmosphère lui paru plus calme, Tamiska releva et rabaissa ses oreilles, avant de les redressé une dernière fois, un peu plus attentive aux bruits ambiants. Comme sa propre nervosité embarqua alors, ses propres oreilles se recollèrent contre son crâne sa queue allant un peu plus vite de gauche à droite.

-M...moi j'ai hâte, mais en même temps j'ai très peur... j'espère qu'on me placera avec une femme...

La gamine esquissa un sourire anxieux, qu'allait-elle faire si elle se retrouver avec un homme? Elle n'y arriverais pas! Et s'il la battait? Comment allait-elle se tirer une fois de plus de ce genre de situation? Là elle n'aurait personne pour l'aider... Ça ne serait qu'elle et lui, cette perceptive lui donner la chaire de poule!

[H-J: désolé j'ai fait vraiment court T.T ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux Pardusses au petit matin   Jeu 6 Juin - 20:40

Esper avait mis un certain temps avant de parvenir à calmer sa nervosité quand à ses peurs, cependant, elle avait répondu à l’autre enfant quand une nouvelle vague d’anxiété s’était emparé d’elle et elle sentit son cœur se serrer. La peur commença à se propager dans son organisme comme une épidémie au sein d’une peuplade affaiblie. Mentalement, elle tenta de rassembler ses esprits afin de comprendre ce qui maintenant lui faisait peur. Cependant, cela lui restait impossible de comprendre d’où lui venait cette nouvelle peur qui accélérait son cœur, qui faisait se balancer sa queue dans son dos et se coucher ses oreilles sur son crâne. Finalement elle compris, c’était encore la même chose, ce qui lui arrivait de plus en plus souvent depuis quelques temps. Ce n’était pas ses sentiments à elle. Discrètement, elle coula un regard à Tamiska et se mordilla la lèvre, l’éraflant de ses petites dents pointues. Ca venait d’elle ?

Quoi qu’il en soit, Esper haïssait ce nouveau pouvoir car pour elle ce qu’il lui permettait d’apprendre sur son entourage revenait à violer leur intimité. Aussi, la jeune fille laissa son regard s’orienté sur la table alors que ses sourcils se fronçait le temps qu’elle parvienne à se couper totalement des autres pour ne plus se laisser aborder par des sentiments qui ne lui appartenait pas. La fille aux cheveux blanc déglutit un instant puis, quand elle pensa avoir réussit, elle revint tout à la conversation.


« Tu as tellement peur des hommes que ça… »

Ce n’était pas une question, juste une affirmation puisque à cause de son empathie exacerbée, la fillette avait pus avoir un aperçut de la crainte de l’autre Pardusse. C’était peut être maladroit de faire ce commentaire à haute voix, mais Esper n’avait pas pus s’en empêcher. Finalement, le cœur d’or de notre enfant à oreilles de chat blanches se tourna vers l’autre fille, un peu vivement, et lui pris la main – une fois qu’elle n’eut plus de fruit – au creux des siennes avant de lui dire :

« Faut pas que t’ai peur ! On fait une promesse tu veux ! Si ça se passe mal avec nos futurs Maître, on sera toujours là pour se soutenir l’une l’autre ! Ca te va ? »

Esper était peut être un peu trop énergique mais elle voulait faire en sorte que Tamiska n’ai plus peur et que tout se passe bien dans le futur pour l’autre Pardusse. Irréaliste ? Peut-être, mais telle était et avait toujours été la façon d’être et de penser de notre petit chaton à la fourrure blanche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux Pardusses au petit matin   Jeu 6 Juin - 21:38

La petite pardusse-renarde ne pouvait pas s'empêcher d'avoir peur, c'était encré profondément en elle. La peur des hommes la suivait depuis sa plus tendre enfance. Le comportement qu'avait eut l'autre jeune fille surpris légèrement Tamiska, qui rapidement repris ses esprit écoutant ce qu'elle lui disait avant de doucement relever ses oreilles dessus son crâne et de les rabaisser.

-Bah oui... Ils me font très peur... Il... Il m'a tellement fait mal...


Gardant les oreilles plaqué contre sa tête Tami observa, l'autre fillette, surement ne comprendrait-elle pas !? Enfin pour la renarde c'était simple, un homme l'avait détruit elle et sa mère. À repenser à tout ça Tami n'avait plus vraiment faim. Et puis de toute manière elle était en pleine conversation non? La pardusse devant elle lui avait attraper l'une de ses mains puis lui parla d'une promesse, Tamiska pencha la tête sur le côté le temps qu'elle est fini, puis défaisant sa main de la sienne elle prit à nouveau la parole.

-Je veux bien... mais je ne peux pas arrêter d'avoir peur, c'est impossible, mais pour le reste ça me va... si ça se passe mal on peu s'entre-aider sans problème!

La petite renarde sourit à la jeune fille, c'était un bon plan! ainsi elles allaient pouvoir se protéger en cas de danger ou si elles se retrouvaient dans une situation délicate.

- Et si on a peur mais qui ne se passe rien de mal?

Questionna alors la renarde en penchant sa tête sur le côté. Tami attendit la réponse sans plus bouger, que devraient-elles faire dans pareille situation? Se taire et attendre qu'il se passe quelque choses!? Non... Elle devait se protéger.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux Pardusses au petit matin   Ven 7 Juin - 12:11

Esper comprenait un peu mieux l’autre Pardusse grâce à son pouvoir, même si elle aurait préféré que ce ne soit pas le cas. Bref, maintenant, la fille aux cheveux blancs savait un peu plus ce que la fille à ses cotés ressentait quant à la gente masculine. D’ailleurs, Tamiska répondait par affirmation à son affirmation avant de lui dire qu’ « il » lui avait fait tellement mal… Esper baissa un peu les yeux, sûrement que si elle n’avait pas eut Adenora, peut être aurait elle aussi été comme la fille renarde… Esper ne pouvait pas savoir puisqu’on lui avait toujours dit qu’elle n’avait pas de père et que c’était pour ça qu’elle était une bâtarde. Une petite pointe lui monta au cœur, mais elle la chassa bien vite pour se concentrer sur l’instant présent. L’enfant, avait alors fait une promesse à l’enfant, c’était tout ce qu’elle était parvenue à faire sur le coup. Tamiska avait libérer sa main et la fille chat avait laisser retomber ses mains contre ses flancs en silence.

Malgré le retrait du contact physique qu’Esper avait établi, Tamisla semblait d’accord avec son idée… La petite Pardusse à oreilles blanches ne lui en voulait pas, elle était peut être un peu trop tactile finalement. L’autre enfant ajoutait qu’elle ne pouvait pas arrêter d’avoir peur et l’autre jeune fille hocha la tête, elle comprennait, mais au final avoir quelqu’un qui puisse vous soutenir, c’était le principal et Esper le savait mieux que personne. Cependant, la fille renarde souleva un autre point : Et si rien ne se passait mal ? Alors y avait il vraiment besoin de se soucier de tout cela ? Un léger sourire étira les lèvres de la jeune fille aux yeux pales avant qu’elle ne reprenne à son tour la parole.


« Et bien… Si on a peur mais qui ne se passe rien de mal, on pourra toujours se rassurer mutuellement et se raconter nos deux quotidiens avec nos Maîtres, tu en penses quoi ? »

Esper adressa un grand sourire à la renarde, sur le coup, elle n’avait pas mieux à lui proposer, mais c’était sûrement mieux que rien, n’est-ce pas ? L’enfant se passa une main dans la nuque sous la masse de ses cheveux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux Pardusses au petit matin   Ven 7 Juin - 21:24

Azer avait une fois encore légèrement trop bus la veille au soir. Il s’était rendus à sa chambre pas on ne sait quelle miracle, mais très certainement en zigzagant et en percutant tous les murs du château jusqu’à ce qu’une gouvernant l’accompagne à sa chambre et l’aide à se mettre au lit. Comme à l’accoutumé depuis quelque jour le jeune Azer se réveilla donc avec un mal de tête quelques bosse et bleue par ci par là, mais surtout une soif digne d’un homme perdus dans le désert. C’est donc rapidement que le futur chevalier enfila une tunique et des chaussettes avant de sortir en trombe de sa chambre. A pleine sortis dans le couloir les cris des servant s’affairant déjà à leurs taches respectives mit la puce à l’oreille d’Azer. Il avait oublié de mettre un pantalon, il retourna donc dans sa chambre et corrigea cet état de fait avant de partir en direction des cuisines pour boire une bonne chopine de vin.

Plus il s’approchait des cuisine et plus Azer entendait des voix s’en échappant, vois qui était bien trop jeune pour correspondre au cuisinière déjà présente à leurs poste à cette heure. Curieux Azer usa un peu de ses pouvoirs et amplifia ses sens pour écouter la discussion qu’il y avait court. N’ayant aucunement honte d’espionner ces enfant Azer entra dans la cuisine et ne leurs adressa pas un regard. Il se contenta simplement en d’envoyé à chacune des deux pardeuse une grande vague d’apaisement avant de se servir son pichet de vin.

Azer s’assit silencieusement davant les deux élève d’emeraude leurs souris comme il l’aurait fait si elles avaient été ses sœur et leur dit d’une voix rauque et calme à la fois :

-Vous savez, quand vous serez chacune écuyères vous pourrez compter sur nous les chevaliers et sur vos autre camarades. Et puis *Azer regarda Tamiska dans les yeux* tous les homme ne sont pas les même, au même titre que les femmes, personne n’est pareil.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux Pardusses au petit matin   Mar 11 Juin - 4:58

[H-J : désolé j'étais vraiment très occupée en fin de semaine! ]


La pardusse était assise là, elle parlais avec une jeune fille qui était comme elle, une pardusse, bien qu'elles est toute les deux des attributs animaux différents, Tamiska et Esper en demeuraient pas moins deux pardusses et qui puis est des future écuyère d'Émeraude! Comme Esper termina sa phrase, Tamiska lui répondit par un hochement de tête, elle allait en ajouter d'avantage quand un homme entra dans la pièce! Le coeur de la jeune pardusse se mit à battre à 100 mille à l'heur! L'adolescente de 13 ans n'avait qu'une envie, s'enfuir à toute vitesse, elle avait l'impression qu'elle sortait de son corps qu'il restait là et qu'elle s'éffaçait alors que l'homme s'approchait de plus en plus! Tamiska n'avait encore jamais faite face à un homme depuis tout ce temps, elle prenait toujours la fuite la plupart du temps, mais elle voulait que cela change.

Cet homme s'assied face à elle il la regardait dans les yeux! Elle détourna la tête, ses griffes s'enfonçaient dans le banc. '' Tous les hommes ne sont pas les mêmes '' Cette phrase la frappa de plein fouet, la gamine se lassa glisser en bas du banc puis se recula d'un pas.

-P'têtre bien! Ça change rien pour moi... Chaque espèce en commençant par les animaux on des caractéristique différentes, plus ou moins violent selon les espèces, pour les hommes... c'est pareille!

En disant cela, le coeur de la gamine battait à la chamade, son corps tramblait, elle c'était mise à surveiller les faits et geste de l'homme prête à réagir en cas de danger. Son regard coula un moment vers Esper, mais la plus grande partie de son attention resta rivé sur cet homme qui buvait de la boisson dès le matin!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux Pardusses au petit matin   Mar 11 Juin - 10:02

Esper parlait avec Tamiska, ce qu’elle n’avait pas vraiment eut l’occasion de faire jusqu’à maintenant. Cependant, il fallait bien avouer que la jeune fille avait fait une promesse à l’autre enfant de gaieté de cœur… Mais elle ne s’était pas attendue à ce qu’un des hommes de l’Ordre ne débarque à ce moment là. Ainsi, lorsque cela arriva, la jeune fille haussa légèrement un sourcil alors qu’il s’installait en face d’elles pour s’adresser à Tamiska comme si de rien était. La Pardusse à oreilles blanches se mordit la lèvre alors que la jeune femme répondait après s’être lever et légèrement éloignée. En réflexe, notre jeune fille se glissa imperceptiblement entre sa nouvelle amie et la fille-renarde. Au final, cela ne changerait probablement pas grand-chose, mais au moins sa nouvelle amie serait peut être un peu plus rassurée. La jeune fille coula doucement son regard en direction de Tamiska et elle lui adressa un sourire qui se voulait rassurant. Dans son dos, sa queue ondulait doucement en silence alors que, maintenant, la jeune fille se décidait à intervenir à son tour dans la conversation qui venait de débuter.

« Il faut pas trop en demander à Tamicka !! Elle a des raisons pour avoir peur comme ça et je suis sur que si on lui en donne l’occasion, elle finira par dominer sa peur. »

Esper tremblait un peu, mais elle faisait toujours son possible pour essayer de rassurer sa nouvelle amie… Pourtant, dans son dos, sa queue ondulait toujours dans son dos avec une certaine nervosité. L’enfant n’avait pas peur d’Azer, elle avait juste vraiment du mal à avoir des conversations avec les gens qu’elle ne connaissait pas, alors c’était assez compliquer pour elle. Pourtant, elle avait promis à Tamiska qu’elles s’entraideraient et c’était bien ce qu’elle essayait de le faire. Sur son crâne, ses oreilles s’inclinèrent légèrement alors qu’elle gardait son regard pale posé sur l’homme qui leur faisait dès à présent face.

[Désolée, c'est pas génial]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux Pardusses au petit matin   Mer 12 Juin - 9:33

Azer regardait les deux jeunes filles tranquillement en sirotant sa coupe de fin. Qu’elle ne fut pas sa surprise de voir la jeune Tamiska réagir au quart de trouve après ses parole et de constater que la jeune Esper était déjà entre lui et l’autre pardeuse prenant de manière chevaleresque sa défense. Azer ne put retenir le léger sourire qui se dessina sur son visage, il devait l’avouer la réaction de ces deux élève était des plus mignonne et cela amusait beaucoup le jeune homme. Azer continua d’observer les deux enfant en souriant quelque instant commençant doucement à se demander s’il avait bien fait de venir aux cuisines ce matin. A cette simple petite question qu’il se posait la réponse parut immédiatement évidente ; Bien sùr qu’il avait bien fait primo il avait soif et secundo il faudra bien que ces deux élèves s’habituent aux présences masculines. Azer fini donc sa chope de vin sans dire un mot de plus, il se releva pour s’en servir une seconde et s’installa de nouveau à sa place. Il prit une longue inspiration et reprise la parole toujours en affichant un sourire des plus léger et qui se voulait bienfaiteur :

-Je sais que je n’ai pas l’habitude de fréquenter des jeunes filles, mais je n’aurais jamais pensé que j’étais si effrayant.

Azer se mit doucement à rire, puis s’interrompit rapidement et bus une nouvelle gorgée dans sa coupe avant de reprendre la parole changeant complètement d’attitude et effaçant son sourire sur un ton beaucoup moins bienveillant :

-Vous savez être aussi sauvage à vos âges et à quelques mois de devenir écuyers vous risquez de grave ennuis. De plus cette phobie des hommes que tu as Tamiska comment feras-tu si est désigné comme l’écuyer d’un homme ?

Azer n’attendait pas vraiment de réponse dans le fond il était tout simplement triste de ne pas avoir pus discuter avec ces deux jeune fille. Il se relava de sa chaise pris son vin et partis en direction de la porte de sortir des cuisines. Il leva la main sans se retourner et dit :

-Sur ce bonne journée à vous deux pardon du dérangement et bon appétit.

Azer sortis de la pièce sans dire un mot de plus après tout il ne pouvait forcer ces enfants à une quelconque forme de civilité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux Pardusses au petit matin   Mer 12 Juin - 23:09

Tamiska resta planté là, elle savait qu'en générale les gens trouvait sa réaction exagéré, mais elle n'y pouvait rien! Elle était comme ça Tamiska et voilà tout... Les hommes l'effrayait grandement, elle avait parfois du mal à ce l'expliquer puis qu'un seul lui avait fait du mal, quelques fois elle se trouvait même déraisonnable d'agir ainsi, mais que pourrait-elle faire d'autre?

Esper la protégeait! Elle c'était mise devant elle, pour l'aider à affronter cet homme, elle lui avait parlé, Tamiska s'en sentie tout de suite rassurée, mais l'homme c'était mit à parler, '' qu'il était si effrayant '' Ce n'était pas le pire qu'elle avait vue mais pas le mieux non plus! Nah, en partant elle savait que l'alcool pouvait troubler l'esprit et dès le matin cet homme c'était mit à boire! Puis il avait espionné la conversation des deux jeunes filles...

-Un homme, reste un homme...

Avait-elle répondu, elle se méfiait des hommes, les craignait et rêver d'anéantir celui qui l'avait rendu tel qu'elle était aujourd'hui, mais le problème ne s'arrêtait pas là! Oh que non! Sa peur c'était généralisé à tous les hommes, non pas au animaux il faut bien l'admettre mais tout humanoïde mâle.

Il reparla... ''sauvage'' ce mot se répéta dans la tête de Tamiska, il la qualifiait de sauvage! Pourquoi ça? Sauvage étant un mot que l'adolescente employait plutôt pour les animaux, elle ne comprenait pas. Sauvage : non civilisé, aucune manière de vivre, agit par instinct. Était-ce l'instinct de survie qui s'enclenchait quand elle voyait un homme? Ce qui faisait d'elle une personne sauvage? Et puis il avait touché un point, que ferait-elle si son maitre s'avérait être un homme? Elle n'arriverais jamais à lui faire confiance! À cette simple pensé l'adolescente frissonna. Que ferait-elle, mais que ferait-elle! Elle allait devoir s'habituer, elle le savait très bien... mais comment?

-Je ne suis pas bête, je trouverais une solution et puis j'ai une amie pour m'aider...


 La jeune fille fut heureuse de voir enfin cet homme quitter la pièce, elle soupira de soulagement quand enfin elle ne le vit plus et se laissa tomber mollement sur le sol en position assise, ses oreilles plaqués contre son crâne, sa queue collé le long de sa jambe gauche.

-Je ne suis qu'une poule mouillée, jamais je pourrais devenir chevalier, je ne suis qu'une lâche, une vrai de vrai, pire que moi on en fait pas...



 Tamiska avait envie de pleurée, mais elle retiens ses larmes et leva son regard vers Esper l'espace d'un instant avant de le laisser couler à nouveau vers le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux Pardusses au petit matin   Jeu 13 Juin - 4:10

Esper avait regardé Azer, il disait que leur comportement laissait présager qu’il était effrayant mais la blanche n’avait pas peur de lui, elle ne savait tout simplement pas agir quand elle se retrouvait avec d’autres personnes. Avec Tamiska s’était différent, elle lui ressemblait d’une certaine façon… et puis, il y avait son empathie qui l’avait aidé à comprendre la renarde et lui avait donner le courage de lui promettre son aide et son soutient. Mais la fille chat n’avait pas peur des hommes… Elle n’en avait pas non plus vraiment eut dans son entourage certes, mais c’était le hasard et le destin qui en avait voulu ainsi. Esper laissa l’autre Pardusse se défendre seule, même si elle s’interposait toujours entre eux, plus par réflexe qu’autre chose. Puis, l’homme les avaient traiter de sauvages et le regard de la fille à oreilles blanche s’étrécit. Presque malgré elle, elle laissa échapper un espèce de feulement alors qu’elle serait les poings pour retenir sa colère. Elle ne devait pas s’énerver, il ne fallait pas qu’elle s’énerve ou elle risquait de déclencher un incendie et les dames des cuisines étaient trop gentilles avec elle pour qu’elle leur fasse ça.

Serrant les poings, l’enfant garda son regard pale rivé sur Azer. Comment pouvait il dire ça alors qu’il ne savait rien de la souffrance que pouvait provoquer cette peut pour Tamiska, elle, elle savait, son pouvoir le lui avait permis. C’était tellement dommage qu’elle ne puisse pas l’obliger à voir ce que sa nouvelle amie ressentait. La blanche serra et desserra plusieurs fois les dents, ne se rendant même pas compte que sa colère la faisait s’écorcher les paumes des mains. Puis, il partit et ce n’est que là que la future Ecuyère réalisa l’implication des paroles de l’homme. Elle aurait de graves ennuis si elle continuait de se comporter ainsi ? Elle ne voyait pas ce qu’elle avait fait de mal… Peut être que c’était parce qu’elle n’était pas faite pour être Ecuyère finalement… D’un coup, les mains de la jeune fille se relâchèrent et son regard s’orienta vers le sol. Mais, elle était faite pour quoi alors ? Imperceptiblement, ses mains se mirent à trembler en même temps que ses yeux s’embuèrent de larmes.

Cependant, elle repensa à Tamiska qui avait subit plus de reproche qu’elle et elle ravala ses larmes pour plus tard, se forçant à redresser courageusement la tête vers sa nouvelle amie. L’autre Pardusse semblait elle aussi ébranlé par les paroles de l’homme, elle était maintenant assise au sol. Les oreilles de la fille chat étaient mi levées, mi baissées et sa queue absolument immobile maintenant. En silence, elle se leva et alla s’agenouiller près de la rousse pour lui poser une main sur le bras et lui envoyer une vague apaisante sans même s’en apercevoir.

« Dit pas ça Tamiska ! Tu sais, même les chevaliers peuvent avoir peur et ça n’en fait pas des lâches pour autant ! Et puis, moi je trouve que c’est très courageux d’accepter ses peurs et de vouloir y remédier plutôt que de les niées. »

Oui bon, elle-même ne serait pas fichu de faire face à sa peur des rayons incendiaires pour le moment… Esper se disait que, face à son Maître, elle serait bien obliger alors elle se disait qu’elle pouvait très bien attendre d’être attribuée à un chevalier. Enfin, ce n’était guère le moment de penser à tout ça et, la main toujours posée sur le bras de la fille renard, l’autre futur Ecuyère la regardait avec une certaine inquiétude mêlée d’impuissance : Normalement elle n’était pas celle qui rassurait, mais plutôt celle qu’on rassurait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux Pardusses au petit matin   Jeu 13 Juin - 9:31

Après qu’Azer fut sorti des cuisines il referma la porte et s’adossa au mur de celle. Songeur Azer se demandait s’il avait mal agit en cherchant à provoquer les deux jeunes filles. Bien sûr il ne cherchait pas leurs faire du mal, même bien au contraire il voulait simplement qu’elles se rendent compte qu’a continuer à agir ainsi sans dissimuler un minimum leurs angoisse elles ne pourront pas s’en sortir surtout Tamiska avec une peur aussi primaire que celle du sexe opposé. Le jeune homme lâcha un long soufflement, la culpabilité d’avoir choqué ces enfants, de les avoir blessé moralement et que leur rencontre avec lui n’ai été qu’une torture, tout ça faisait à ses yeux de lui un simple monstre sans aucun cœur, alors que ce n’était pas le cas. Il était plein de bonne intention pensait pouvoir discuter et peut être même bien s’entende avec ces deux pardeuses, de plus il était probable que l’une d’elle soit désigné comme son écuyers. Le jeune homme les entendait encore de l’autre coté du mur et puis lire leurs pensé n’aurait pas été vraiment un prouesse de sa part, il n’en fit rien, ne les écouta pas. Il se contentait d’être la adossé à son mur en train de réfléchir à ce qu’il avait bien pus faire de travers ce matin à par boire un peu de vin aux cuisine et tenus des propose censé à deux enfants.

Azer eut beau se répéter cela de longue minutes rien ne changeait il s’en voulait malgré tout ; il se releva de son mur et partit en direction de sa chambre en secouant la tête de tristesse pour ces deux jeunes filles. Tellement préoccupé par les deux futurs écuyers qu’il en laissa son vin par terre, là près de la porte et le plus grave dans tout cela c’est qu’il s’en contrefichait. En arrivant dans le couloir de sa chambre Azer fit de nouveau demis tour et partis plutôt se rendre bain afin de continuer à se répéter qu’il avait était un monstre et que le plus grave il s’était seulement contenter de dire que Tamiska pourrais être assigné à un chevalier homme sans vraiment préciser que les ennemis du continuant pouvait également en être et réveiller la phobie qu’elle se serait acharner à contrôler.

Azer se déshabilla et plongea dans les bains prenant conscience qu’il regretterait ça première rencontre avec des futurs écuyers et se demandant de plus en plus comment ça se passera quand il aura son propre écuyer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux Pardusses au petit matin   Mar 18 Juin - 7:29

La gamine restait assise sur le sol, ses jambes se replièrent doucement contre son corps, la jeune fille avait eut trop d'émotions pour aujourd'hui. Cet homme qui était venu ce matin, elle ne le connaissait pas, elle se doutait qu'il serait sans doute bientôt promu chevalier, mais jamais elle ne faisait connaissance avec les hommes peu importe leurs rang social! Aucune discrimination n'avait été faite de ce côté là... Mais elle avait l'impression en plus que celui-ci venait de sauter à pieds joints dans sa bulle, son univers bien à elle et qu'il avait tout détruit. La jeune pardusse se sentait oppressée, prise au piège.

-Peut-être... mais non... La peur n'a rien à faire dans le coeur d'un chevalier... 

La jeune fille s'arrêta là, fixant toujours le sol, puis elle rapporta son regard vers sa nouvelle amie qui était agenouillé  près d'elle.

-Je... Et si je n'arrive jamais à y remédier?

L'adolescente gardait ses oreilles plaqué contre son crâne, le meilleur moyen pour elle de se sortir de là serait sans doute d'avoir dans sa vie un adulte à qui faire confiance, son maitre peut-être? Espérant que ce soit une femme, peut-être son maitre pourra l'aider à vaincre sa peur que la jeune fille voyait de plus en plus comme irraisonnée! Et puis un jour elle trouverait celui qui lui avait donné la vie avec une femme qui ne méritait pas son sort et le tuerait, elle se le jurait sur la mémoire de sa mère, cet homme allait mourir, il le fallait.

Pourquoi est-ce que certain semblait avoir une vie si simple et d'autre tellement difficile et compliqué? Selon Tamiska la réponse était simple, les gens n'osaient pas dévoiler leur sentiments, pour avoir le dont d'empathie depuis très longtemps, la gamine savait que beaucoup de gens ne montraient pas leur émotions et les gardaient enfuit au fond de leur coeur, malheureusement pour la jeune pardusse cette accès aux émotions des autres se faisait automatiquement! D'ailleurs là maintenant Tamiska se sentait de plus en plus mal pour l'autre jeune fille, elle savait qu'elle avait tenté de l'aidé, mais l'adolescente n'en fut pas du tout reconnaissante, fallait absolument qu'elle corrige le tir! Mais comment?



***Je suis désolé***

Fit-elle simplement remarqué par message télépathique en fixant toujours le sol. La fillette renarde continuait à réfléchir, comment passer à travers? Que ferait-elle si elle n'y arrivait pas? Elle se trouvait drôlement égoïste et l'autre pardusse elle?  Peut-être avait-elle des difficultés que Tamiska ne connaissait pas? Comment le savoir!  C'est Tamiska qui semblait prendre toute la place depuis le début... Cependant, elle ne savait pas comment exprimer cette pensé en mot! La renarde n'avait pas l'habitude de parler de la sorte aux gens, elle était plutôt solitaire, même si elle aimait beaucoup de personnes et les appréciait, mais parler n'avait jamais été son fort, jamais!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux Pardusses au petit matin   Jeu 20 Juin - 19:43

Esper voulais aider Tamiska, elle ne savait juste pas comment elle devait s’y prendre pour y parvenir. C’était toujours ainsi avec elle, elle voulait toujours prêter main forte aux autres quand elle en avait l’occasion. Maintenant, voilà l’enfant qui certifiait à son amie que même un chevalier pouvait avoir peur, mais loin de la croire, voila maintenant que la petite Pardusse aux cheveux blanc baissait les yeux un peu tristement. La peur n’avait rien à faire dans le cœur d’un chevalier, voilà ce que certifiait la renarde. Le regard river sur le sol, Esper sentit ses oreilles s’aplatir légèrement sur son crâne.

« Je ne suis pas d’accord ! La peur se transforme alors en prudence, c’est tout, mais si on est prudent pour une chose, c’est qu’on a peur que quelque chose se produise ! Donc il y a toujours la peur… »

Elle avait parler les yeux fermer et les oreilles toujours un peu basse. Tamiska avait peur de ne pas remédier à sa peur, si elle jugeait cette peur au lieu de la surmonter, elle ne pourrais jamais passer au-delà, c’est sur. La blanche serra les poings et dit à nouveau, les yeux toujours fermés :

« Si tu as peur de ne pas pouvoir faire quelque chose, le mieux que tu ai à y faire, c’est de faire tout ton possible pour y arriver comme ça, la peur n’as plus de raison d’être… et tu surmonte ta peur… »

L’adolescente était un peu embrouillée par ses propres mots, mais elle les pensait, elle avait juste du mal à les mettre en phrase… Mais c’était peut être normal, elle était encore jeune après tout…Machinalement, en rouvrant les yeux, l’enfant repoussa un mèche de ses cheveux de neige derrière son oreille féline. Esper en avait profité pour se refermer comme une huître, bloquant tout son être au monde extérieur. Elle n’avait rien à cacher, mais les peurs qui surgissaient de son enfance devaient rester pour elle et demeurer surmontées au lieu de ressurgir d’une façon ou d’une autre. Il n’était plus temps de penser à tout ça, elle devait se montrer forte, voilà tout. Cependant, juste avant de couper son esprit la jeune fille avait reçu une phrase en provenance de son amie et ses oreilles s’étaient un peu dressées sur son crâne avant qu’elle ne se contente de simplement hausser les épaules…

« Ce n’est rien… »

Puis, elle attendit d’avoir à nouveau enfouit ses pensées en elle, là où elles ne pourraient plus l’atteindre pour à nouveau ouvrir son esprit à ce qui l’entourait. La Pardusse chat soupira faiblement alors qu’elle rouvrait ses yeux opalescents et qu’elle se relevait simplement, ses oreilles et sa queue bien droite. Finalement, elle s’empara une nouvelle pomme, plus pour s’occuper les mains qu’autre chose et dit.

« Tout le monde à des peur, mais il y a toujours quelqu’un pour vous aider à les vaincre… moi, quand je suis venu ici, j’avais une peur bleue des chevaux… mais, même si j’ai encore peur, je peux au moins m’en occuper maintenant… Il faut du temps pour vaincre une peur, mais si on ne se donne pas le courage d’essayer, on n’avance pas… C’est ce que me disait Adenora… »

Même si, apparemment, Esper n’en laissait rien paraître, un voile obscurcit son regard et une larme roula sur sa joue. Quand elle était toute petite, la fillette avait eut de nombreuses peurs qu’elle avait presque toutes plus ou moins surmonté d’une façon ou d’une autre… ou du moins contourner…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux Pardusses au petit matin   Dim 30 Juin - 6:20

Les paroles d'Esper atteignirent rapidement la petite renarde, elle ferma les yeux un instant et leurs laissa le temps de bien être assimiler, si elle se fiait à ce que disait Esper, sa peur des hommes ne deviendrait que prudence un jour? Elle voulait bien croire la jeune fille, mais de quoi les chevaliers étaient-ils prudent? Elle ne les connaissaient pas asser pour le savoir...

- Peut-être bien, je ne sais pas...

Elle avait donc décidé de simplement léguer le bénéfice du doute à Esper, dans l'ignorence c'était la moindre des choses après tout.

« Si tu as peur de ne pas pouvoir faire quelque chose, le mieux que tu ai à y faire, c’est de faire tout ton possible pour y arriver comme ça, la peur n’as plus de raison d’être… et tu surmonte ta peur… »

La gamine serra les dents, à croire qu'Esper était plus vieille qu'elle! Elle mit d'ailleurs un moment à saisir tout ce que venait de lui dire la pardusse. Elle tentait de redéfinir tout sa d'une autre façon. Alors la petite rouquine prise la parole à son tour.

-Je... Je sais pas comment je ferais mais... mais je vais essayer! Je ne veux pas qu'on me perçoive mal...

La jeune fille de 13 ans s'arrêta là quelques secondes, elle repensa à ce que lui avait dit le future chevalier d'Émeraude.

-Comme sauvage...

Oui il les avaient défini de sauvage! Ce mot avait tranché Tamiska comme une lame de rasoir et depuis elle n'arrivait pas à se le sortir de la tête. Le pire c'est qu'elle commençait à en venir à la conclusion qu'il avait raison, plus elle tentait mentalement de se convaincre du contraire, plus elle trouvait de raisons pour qu'on la traite ainsi... sauvage...

[ H-Rp : Wow, désolé là sérieux >.< ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux Pardusses au petit matin   Sam 6 Juil - 20:43

Esper avait parlé sans vraiment comprendre ce qu’on lui disait, en fait, elle avait simplement prononcé les mots de sa mère adoptive comme elle avait entendu cette dernière les prononcer durant son enfance. En attendant, la fille renarde avait finit par lui dire que c’était peut être le cas, mais qu’elle ne savait pas. La fille chat avait cependant fait tout son possible pour rassurer sa nouvelle amie. Après tout, c’est tout ce qu’elle pouvait faire, du moins à son avis c’était le cas. Elle parlait mais ne savait pas trop le sens de ce qu’elle disait mais si sa mère adoptive le lui avait dit, c’est que ce devait être vrai et ce qu’elle ne comprenait pas encore maintenant, elle finirait par le comprendre un jour et alors, elle pourrait sûrement trouver d’autres solutions pour vaincre sa peur. En attendant, elle avait tenter de rassurer son amie comme elle tentait elle-même de se rassurer. Apparemment, cela marchait car Tamiska lui assura qu’elle allait essayer, même si elle ne savait pas comment.

L’enfant aux cheveux blancs sourit alors que son amie continuait à parler. La voila maintenant qui disait qu’elle ne voulait pas qu’on la perçoive mal. Les oreilles de la féline se couchèrent légèrement sur son crâne. Il n’en fallu pas plus pour que la renarde continue sa phrase en disant qu’elle ne voulait pas qu’on la perçoive comme sauvage. Elle aussi avait qualifié de sauvage et, machinalement, elle baissa les yeux vers ses mains. Avait-elle vraiment l’air sauvage comme le disait cet homme ? Elle aurait juré le contraire, mais comment en être sûre ? Aragëa ne le lui avait jamais reprocher, était-ce parce que son amie n’avait pas voulu la blesser ou ce qu’avait dit cet homme avait simplement été dit sur une impulsion, sans preuve… Même si Esper s’était murer en elle de sorte à ce que même ses propres sentiments lui semble étranger, elle sentit ses yeux s’embués de larme sans qu’elle ne puisse rien y faire. Décidément, trop de crainte entourait la fille chat.


« On est pas sauvage… Sinon on ne vivrait pas ici, on ne cohabiterait pas avec les autres comme ça ?... »

Elle avait voulu que ce soit une affirmation et pourtant, cela ressemblait bel et bien à une question. D’ailleurs, si les traits de l’enfant aux cheveux blanc demeurait neutre, cependant, ses oreilles restaient couchées sur son crâne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux Pardusses au petit matin   Mer 17 Juil - 16:25

Sauvage, qu'est-ce qui aurait pue leurs donner ce qualificatif? Elles avaient des oreilles et une queue comme un animal sauvage, c'est vrai, mais parlait-il de leurs physique ou alors de leurs comportement? Tamiska avait eu peur, mine de rien elle était comme ça avec 99.9% des hommes! Rien à faire il la faisait paniquer! Alors donc, la peur était-elle un signe de sauvagerie? Et puis Esper l'avait protéger... Si la protection est signe de sauvagerie, tous les chevaliers seraient alors sauvage. Tamiska se gratta la tête, qu'est-ce qu'il avait voulu dire par là!?

-Je ne sais pas pour toi, mais moi je commence à en douter sérieusement...

La jeune fille commençait également à avoir les larmes aux yeux. Tous ces doutes, toutes ces pensés se bousculaient dans sa tête. Elle les sentait se fracasser les uns contre les autres, elle cherchait une idée, une solution, que faire? Comment être certaine qu'elle n'avait pas l'air sauvage? Qu'est-ce qui faisait en sorte que certaine personnes, certain animaux était sauvage et d'autre non? Elle ne savait pas, elle ne s'en souvenait plus. Enfin, pour les animaux oui. Un chat sauvage par exemple était un chat qui n'avait pas de famille, qui vivait dehors tout seul et devait se nourrir en chassant ou en mangeant dans les ordures... il ne s'approchait que très rarement des gens et si on avait dans l'idée de s'en saisir il s'esquiverait. C'est ça!

*Je suis sauvage envers les hommes alors.*

Conclu-t-elle dans sa tête! Car jamais Tamiska ne laisserait un homme l'approcher, comme un chat sauvage elle aurait tôt fait de se trouver une porte de sortie! Elle était sauvage... Elle l'était pour de vrai! SAUVAGE c'est ce qu'elle était... Des larmes se firent plus présentes dans ses yeux alors qu'elle pensait à ça, elles roulèrent sur ses joues sans qu'elle ne parvienne à les retenir, ce mot : sauvage, était un qualificatif bien dure selon elle. Aussi tranchant que l'acier. Est-ce que cette étiquette qu'on venait littéralement de lui coller, lui resterait à jamais graver sur la peau?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux Pardusses au petit matin   Sam 20 Juil - 10:57

Esper sentait un point enserrer son cœur à la vue de la renarde aussi chamboulée. Toute sortes de pensées agressives passaient dans son esprit au sujet du chevalier qui était la cause de tout ça. En d’autre circonstance, la blanche aurait pus ne pas avoir de conflit avec cet homme, oui, mais voilà, Esper était d’un naturel hyper protecteur et Tamiska était une de ses seules amies, il avait donc été logique qu’elle réagisse, mais là, voir son amie ainsi, ça la laissait totalement désemparée. L’adolescente avait pourtant essayer de rassurer la rousse, mais la fille renarde lui avait simplement assurer qu’elle commençait à sérieusement en douter et les oreilles féline de l’enfant se courbèrent sur son crâne. Oui, elle aussi avait quelques doutes sur le sujet, pas les même que la renard certes mais ils étaient là, quand même… Cependant, Esper se refusa à les formuler, pas besoin d’en rajouter une couche vis-à-vis de son amie alors elle les gardait pour elle barricadant au mieux ses sentiments.

D’accord, Esper n’allait pas trop vers les autres, mais elle ne les fuyait pas non plus. Et puis, si elle y réfléchissait, elle correspondait plutôt au chat de salon qu’au chat sauvage… Alors pouvait on vraiment la considérer comme sauvage ? Et pour Tamiska… C’était une peur et la blanche pouvait très bien comprendre les raisons de fuir de son amie, si il n’y avait pas nécessité, elle-même se tiendrait bien éloigné de ce qui l’effrayait. Cependant, nécessité faisait loi et la fillette se devait de dominé sa peur. N’empêche qu’elles n’avaient rien fait pour qu’Azer les traites de sauvage… Il était raciste ou quoi ? A cette pensées, sa queue ondulait vivement dans son dos, signe qu’elle était rapides comme le vent et que la fille chat était encore un peu énerver par tout ce qui venait de se passer, même si comme à son habitude, elle faisait de son mieux pour que tout ça ne soit pas visible par son entourage, elle avait bien assez à réfléchir comme ça.

Elle chassa donc toute pensée de son esprit avant de glisser à nouveau les yeux vers son amie qui visiblement ne se remettait pas de cette appétition et Esper pensait bien se douter pourquoi… Elle n’avait plus qu’une phrase qui lui venait à l’esprit, une phrase qu’on lui avait dit quand elle s’était mis en tête d’adopter son chiot qui alors n’obéissait à rien ni personne… trop jeune peut être, mais là n’était pas le problème. Ainsi l’enfant s’assit simplement avant de rassembler ses jambes devant elle et de les entourer de ses bras. Le regard perdu dans le vide, elle dit simplement :


« Tu sais Tami, si tu penses être sauvage… C’est juste que tu as pas trouver la où les bonnes personnes qui pourraient t’apprivoiser sur ce plan là… »

L’enfant garda cependant les yeux perdus dans le vide, le menton maintenant poser sur ses genoux et l’esprit vagabondant. Elle n’avait toujours pas bien compris le sens du mot apprivoiser, mais on lui avait dit qu’elle avait apprivoiser Myrdhin alors peut être qu’un homme, un jour, parviendrait à apprivoiser la renarde et l’aiderait à ne plus tous les craindre mieux qu’elle ne pouvait le faire…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux Pardusses au petit matin   Sam 20 Juil - 18:58

Apprivoiser... Quelqu'un lui avait dit qu'avec du temps et de la patience elle réussirait bien à l'apprivoisé Mademoiselle Cat. À cette époque Tamiska se souviens, elle détestait ce chat qui avait toujours les pattes coincé dans son assiette et bien qu'elle ne comprenne pas à 100% le sens exacte de se mot, la jeune fille avait essayer de simplement s'en faire un ami au lieux de la détester. On lui avait dit qu'elle avait réussit à apprivoiser ce chat, quand elle lui avait donner un nom et qu'elle avait cessé de courir après pour des miettes que le chat lui volait sans arrêt. Sortant un instant de sa bulle, Tamiska essuya ses yeux du revers de la main et dans un petit rire elle parla.

-Faut croire que je suis pas facile à apprivoiser!

Et puis aussi, toujours en repensant à son chat, Tamiska savait que Mademoiselle Cat lui volait encore de la nourriture, mais maintenant elle le tolérait. En faite, la plus part du temps c'est Tamiska qui donnait à manger à son chat. En y réfléchissant bien, Tamiska ne voyait pas vraiment comment un homme pourrait l'apprivoiser!? Se ne serait pas plutôt à elle d'en apprivoiser un? Un pour commencer le reste suivrait bien par la suite. Et puis Tamiska ressentait une profonde colère face aux hommes, une profonde crainte également, mais tellement de colère. Une colère bien plus grande que quand Mademoiselle Cat fouinait dans son assiette... Il sera alors bien plus difficile de passer par dessus pour en apprivoiser un, ou se laisser apprivoiser?

-Et si on laissait cette histoire de côté? Il est partie alors pas la peine de dépenser des émotions négative sur lui...

En faite le sujet devenait lourd sur le coeur de Tamiska et elle préfèrerait simplement changer de conversation d'autant plus que toute cette histoire tournait au grotesque. Toujours assise sur le sol, la jeune fille observait l'autre pardusse, attendant une quelque conque réponse de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux Pardusses au petit matin   Dim 21 Juil - 9:18

Esper ne savait plus trop comment s’y prendre avec son amie, elle voulait l’aidé mais ne savait pas comment puisque habituellement c’était surtout elle que l’on rassurait. Alors, l’enfant s’était un peu isolée, se repliant sur elle-même. Vaguement, elle entendit Tamiska dire qu’elle ne devait pas être facile à apprivoiser alors la jeune fille laissa échapper un faible soupire et baissa légèrement la tête sans trop savoir quoi dire de plus maintenant alors elle garda le silence. Encore un moment sans un bruit durant lequel la blanche se mordilla légèrement l’intérieur de la lèvre comme si elle était un peu nerveuse. La voix de sa nouvelle amie retentit pourtant à nouveau à ses oreilles. Elle avait raison, si l’une comme l’autre elles ne voulaient pas se plonger dans des inquiétudes, des peurs ou des colères, il valait mieux passer outre cette rencontre et faire comme si elle n’avait jamais eut lieu. Alors elle se contenta d’adresser un faible sourire à son amie.

« Tu as raison… Et si on allait jouer quelque par maintenant ? Pendant qu’on a du temps libre. »

Si elle était toujours dans la même position Esper s’était un peu redressée et maintenant, elle regardait son amie avec un sourire de plus en plus sincère alors que ses oreilles se dressaient maintenant sur son crâne semblant, comme bien souvent guetter le moindre des bruits qu’il pouvait y avoir dans les alentours. Pour le moment, il n’y avait que les servante qui commençaient à s’activer à la cuisine, les fillettes allaient sûrement bientôt commencer à les déranger. Et puis, les conversations semblaient être un peu glissante ou vexante ce matin là, alors autant faire autre chose, quelque chose qu’ils ne pourraient sûrement plus faire quand viendrait l’attribution et qu’ils devraient tous devenir les ombres de leurs maîtres… du moins la plupart du temps. Et puis, si elles allaient jouer, Myrdhin se joindrait surement à elle et Esper avait besoin de l’animal près d’elle dans les moments où elle doutait ou dans ceux où elle se sentait instables. C’était une sorte d’appui, un roc inflexible dans la tempête, bref un point d’accroche au moment où elle se sentait se perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux Pardusses au petit matin   Mer 24 Juil - 1:02

La jeune fille soupira et observa un instant autour d'elle. La jeune fille rapporta alors son regard vers sa nouvelle amie, elle savait qu'elle avait voulu l'aider, mais Tamiska s'était montrer négative. Il faut dire que le sujet des hommes entrainait souvent cet effet chez la pardusse, alors elle avait tenter de changer de sujet et voilà que son amie lui proposait de jouer à un jeu! Souriant et dévoilant de belles petites dents blanches et pointu, Tamiska hocha vivement la tête afin de signifier son approbation.

-À quel jeu tu veux jouer!?

La jeune fille de 13 ans se releva d'un seul coup, sautant sur ses deux jambes. Elle sourit à pleine dents en attendant patiemment que son amie en fait autant. La longue queue rousse de la fille renard se balançait rapidement de gauche à droite, signe évident de sa joie débordante. Puis derrière elle, elle entendit un miaulement. Mademoiselle Cat venait de réapparaître dans l'entrée des cuisine, elle avait toujours le morceau d'orange dans la gueule et observait Tamiska en agitant sa queue dans tous les sens. À croire que l'animal pensait que la pardusse allait la poursuivre, mais non! Tamiska s'était contenter de secouer la tête avec découragement avant de rapporter son regard vers Esper.

-Ma chatte aime me faire courir, sauf que parfois je préfère pas! Alors à quoi tu aimerais jouer? Tu as une idée!?

Si Esper lui avait parlait avant ça, Tamiska ne l'avait pas entendu, Mademoiselle Cat avait totalement captiver son attention l'espace d'un instant c'est pourquoi Tamiska s'était répéter sans vraiment s'en rendre compte.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deux Pardusses au petit matin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Deux Pardusses au petit matin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» bonjour [pv Petit Matin]
» Première sortie de patit matin ( Flocon de cendre moi et Petit matin )
» La lueur éclatante du saphir au petit matin est telle que le ciel et l'océan se confondent dans des teintes de bleus d'une pureté exquise .
» Une Balade Interdite (PV Petit Matin)
» Il n'est jamais trop tard pour vivre ses rêves [ Étoile Brillante ].

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Enkidiev. :: Royaume Émeraude. :: Château. :: Cuisines.-
Sauter vers: